ECOUTE THERAPEUTIQUE


 


Pourquoi écoute thérapeutique?

Au fur et à mesure de mon parcours de thérapeute, je me suis rendu compte que mes patients me disaient: «avec vous je peu parler, vous prenez le temps de m’écouter. Cela me fait du bien». J’accorde une grande importance au temps de parole, par voie de conséquence à l’écoute et à son bien fait.

L’écoute qu’est-ce que c’est?


Quand sommes-nous dans l'écoute ? Quand devenons-nous aidants?

Communiquer, c'est déjà aider. Mais être dans une démarche d'aide, c'est un peu plus. Quand à la thérapie, il y a quelque chose qui la distingue clairement de l'aide.


Être communicant

Être communicant c'est être ouvert. C'est entendre l'autre dans ce qui est important pour lui. Or cela se produit rarement au cours de la vie… depuis la naissance jusqu'à la fin. C'est pour ça que c'est déjà beaucoup quand il y a ne serait-ce qu'un peu de communication !
Communiquer, c'est bien plus que des techniques de parole. C'est surtout être ouvert à l'autre, l'entendre vraiment et le lui faire savoir. Par exemple dans un service de soin, un monsieur gravement malade et invalide ne veut plus vivre et se laisse mourir. Toute l'équipe essaie de le motiver, de l'encourager, de le remonter, le stimuler… rien n'y fait ! Sauf une soignante qui, lui donnant à manger voit vraiment son désarroi. Elle lui dit seulement "Vous ne voulez plus…?" avec ce qu'il faut dans le non verbal pour lui signifier qu'elle a bien entendu qu'il ne veut plus vivre. A partir de ce moment il a remonté la pente.
Être communicant, c'est un peu donner la vie, car l'autre cessant d'être nié commence à exister. On peut faire cela même quand on n'a pas de solution à apporter (comme dans l'exemple ci-dessus). Communiquer c'est simplement valider ce que ressent l'autre tel qu'il le ressent.


Aider et accompagner

Aider et accompagner, c'est faire un peu plus que communiquer.
C'est d'abord aider l'autre à exprimer plus de nuances sur son ressenti. On aboutit ainsi à la raison du ressenti présent. Puis ensuite il y a la phase de compréhension  et d'acceptation de cette raison et enfin de lâcher prise.
Localisation de la raison du ressenti:
Selon la profondeur de l'aide, cette localisation peut même parfois aller jusqu'à la raison profonde de ce ressenti. L'aide peut souvent faire émerger des «choses inconscientes » . La localisation n'est d'ailleurs même pas encore de l'aide s'il n'y a pas l'étape suivante de validation.
Validation de la raison de ce ressenti:
La validation est ce point incontournable sans lequel on ne peut parler d'aide. C'est la validation qui procure à l'individu le sentiment d'être reconnu avec son ressenti et avec la raison de ce ressenti. Puis vient la réconciliation. Aider et accompagner, c'est amener l'autre à dérouler le chemin qui se révèle en lui jusqu'à sa raison, jusqu'à la cause de ses ressentis... . C'est naturellement aussi la qualité de présence (y compris silencieuse) car la qualité de l'aide dépend avant tout d'une qualité d'être.